fbpx

NETendances – Premier portrait numérique des adultes québécois avec incapacité

Accueil > Nouvelles > Enquêtes > NETendances – Premier portrait numérique des adultes québécois avec incapacité

À l’occasion de la Semaine québécoise des personnes handicapées qui a lieu du 1er au 7 juin, nous rendons publique aujourd’hui une enquête NETendances intitulée Les personnes avec incapacité et le numérique. Cette enquête dresse pour la toute première fois le portrait numérique des adultes québécois avec incapacité. Elle fait état des difficultés rencontrées par ceux-ci lorsqu’ils naviguent sur Internet et présente certaines pistes de solutions pour y remédier. La notion d’incapacité retenue pour les fins de l’enquête inclut toute difficulté de nature auditive, visuelle, cognitive, physique ou psychologique ainsi que tout autre problème de santé de longue durée.

Des habitudes numériques similaires à celles de l’ensemble de la population
L’enquête révèle que 95 % des adultes avec incapacité sont connectés à Internet à la maison et utilisent Internet, soit un pourcentage identique à celui de l’ensemble des adultes québécois. La grande majorité (93 %) des adultes québécois avec incapacité disposent d’au moins un appareil mobile (téléphone intelligent, ordinateur portable, tablette électronique, montre intelligente, etc.), ce qui représente un pourcentage similaire à celui de l’ensemble de la population (94 %). Tout comme pour l’ensemble des adultes québécois, le téléphone intelligent (78 %) et l’ordinateur portable ou de table (77 %) sont les appareils électroniques les plus populaires chez les personnes avec incapacité.

Mais aussi quelques différences notables
L’enquête révèle que 49 % des personnes avec incapacité possèdent au moins un objet connecté à la maison alors que ce pourcentage n’est que de 37 % chez l’ensemble des adultes québécois. De plus, 47 % des personnes avec incapacité privilégient le téléphone intelligent pour accéder à Internet alors que ce pourcentage n’est que de 40 % chez l’ensemble des internautes du Québec. Des différences s’observent également dans les intentions d’achats puisque près de la moitié (49 %) des adultes québécois avec incapacité manifestent l’intention d’acheter un appareil électronique au cours des 12 prochains mois, ce qui représente un écart de 8 points de pourcentage par rapport à l’ensemble des adultes québécois (41 %). Les intentions d’achat à l’égard des téléphones intelligents sont les plus fortes (32 %).

La proportion des adultes avec incapacité (81 %) à avoir réalisé au moins un achat en ligne est aussi supérieure au pourcentage observé chez l’ensemble des adultes québécois (78 %). « La valeur des achats effectués en ligne au cours de la dernière année a été en moyenne de 1 159 $ par les cyberacheteurs avec incapacité comparativement à 1 048 $ par l’ensemble des cyberacheteurs québécois », précise la directrice intelligence d’affaires et recherche marketing à l’ATN, Claire Bourget.

Les internautes avec incapacité rencontrent des difficultés de navigation
L’enquête révèle que 27 % des internautes québécois avec incapacité rencontrent des difficultés à naviguer sur Internet en raison de leur condition. Les causes les plus fréquemment citées sont des difficultés de nature physique (31 %), auditive (31 %) ou cognitive (31 %), suivies de difficultés d’ordre psychologique (29 %) et visuel (27 %). L’enquête rapporte aussi que les jeunes adultes âgés de 18 à 34 ans sont les plus nombreux à rencontrer des difficultés à naviguer sur Internet peu importe la nature de leur incapacité.

Solutions envisagées pour faciliter la navigation sur Internet
Parmi les solutions envisagées pour faciliter la navigation sur Internet, les internautes québécois vivant avec une incapacité de nature auditive (46 %), cognitive (42 %) ou physique (38 %) sont les plus nombreux à souhaiter une plus grande accessibilité des sites Web, alors que 39 % des internautes avec une difficulté d’ordre psychologique privilégient des sites plus faciles à comprendre. Quant à ceux ayant une incapacité visuelle, ils privilégient davantage le grossissement des caractères (40 %). L’enquête indique également que les pistes de solutions suggérées pour aider à naviguer sur Internet varient selon l’incapacité des répondants.

Consultez les résultats détaillés et les infographies de l’enquête »